Il faut dire que le gouvernement français ne rigole pas lorsqu’il s’agit de respecter le confinement mis en place pour limiter la propagation du Covi-19. En effet, nombreux sont les citoyens qui ont dû payer des amendes puisqu’ils ont violé le confinement sans qu’il n’y ait de raison valable.

C’était justement le cas pour une douzaine de jeunes gens qui ont préféré profiter du beau temps en organisant un barbecue à Laigneville, près de Creil, alors que les mesures de confinement étaient belles et bien mises en place.

En effet, en s’attroupant sans motif jugé impératif et surtout en ne bénéficiant pas de l’attestation de dérogation de déplacement, ces jeunes ont dû recevoir chacun des amendes qui faisaient pas moins de 1600 euros au total.

L’Oise : la police municipale est intervenue sur les lieux

Dès qu’elle a pu constater des faits, la police municipale s’est empressée de venir sur les lieux de l’attroupement et ont pu découvrir plusieurs individus qui ont décidé de se faire un peu plaisir en faisant un barbecue.

Toutefois, les individus concernés ont refusé de coopéré, ce qui eut pour effet la venue de la gendarmerie qui était venue en renfort et qui a de ce fait distribué les amendes.

L’Oise : l’une des régions fortement touchées par le Covid-19

Il faut dire que cette situation démontrait l’imprudence de certaines personnes vis-à-vis du risque potentiel du Coronavirus, qui en passant touche de plus en plus de régions en France, mais commence également à gagne presque tous les pays d’Europe.

De plus, le département de l’Oise figure parmi les principaux foyers de contagion de France, ce qui démontre encore une fois l’inconscience de ces jeunes qui ont préféré un barbecue à leur santé et celle des autres.

L’Oise : les mesures de confinement plus ou moins respectées

Dès que l’ordre de confinement ait été annoncé, il faut dire que nombreux ont été les français qui ont pu le suivre à lettre. Toutefois, il y a toujours ceux qui n’en font qu’à leur tête et l’Oise est surtout pointée du doigt pour cela, notamment à cause des gens qui vivent à Creil et qui continuent de sortir malgré les règles précises.

Effectivement, les policiers creillois sont pour ainsi dire débordés car plusieurs de leurs concitoyens continuent à arpenter les rues et semblent ne pas se plier à ces mesures de sécurité concernant le coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *